+33 1 75 44 68 90 contact@spinpart.fr

Par Benjamin Favier

L’accélération du progrès technologique bouleverse le contrôle de gestion, ouvrant de nouvelles perspectives : un risque pour les métiers existants ?

Le Big Data, préoccupation majeure des entreprises

En 2017, le Big Data est la préoccupation majeure des entreprises. Selon le sondage de la Sixième Edition de l’Observatoire International du Contrôle de Gestion, 58% des entreprises y travaillent et ce chiffre monte même à 80% pour les entreprises de plus de 5000 salariés. Le virage du Big Data doit permettre au contrôleur de gestion de passer moins de temps à la collecte d’informations pour mieux se concentrer sur l’analyse de ces dernières. Selon les mots de Philippe Audouin, président de la DFCG (Association des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion), il serait temps de changer le nom de « contrôleur de gestion » pour le nom de « performance manager » focalisé sur l’analyse de la performance de l’entreprise.

Le défi du contrôle de gestion : s’adapter ou disparaître

Celui qui était souvent considéré comme un « super comptable » se retrouve donc délesté d’une de ses missions historiques. Sa place dans l’organigramme de l’entreprise ainsi que son rôle au sein de celle-ci sont remis en cause. Cependant, il semble exagéré de parler d’une disparition inévitable : si le métier tel qu’il existe actuellement ne semble pas destiné à perdurer, le contrôle de gestion continuera à jouer un rôle crucial dans le futur.

Le développement du Big Data offre de nouvelles solutions à des problématiques existantes, mais il en crée aussi de nouvelles. Son principal impact, en particulier pour les contrôleurs de gestion, reste l’accès immédiat à une quantité démesurée de données. S’il n’y a plus besoin de passer du temps à rechercher toutes ces informations, il devient de plus en plus difficile de les exploiter et d’en faire sens. Ce sera le principal défi des contrôleurs de gestion : analyser et exploiter les données qu’ils n’ont plus besoin d’obtenir par eux-mêmes. Cette transformation est déjà largement commencée : dès 2016, plus de 73% des contrôleurs de gestion considéraient que leur priorité devait être l’amélioration de leurs capacités d’analyse (sondage réalisé par l’Observatoire International du Contrôle de Gestion).

Vers une place centrale dans l’entreprise

Fortement impacté par le développement de nouveaux outils comme le Big Data, le contrôle de gestion semble amené à évoluer pour accompagner la digitalisation de son métier plutôt que de la subir. Le nouveau contrôleur de gestion se concentrera sur l’analyse de données ; il aura donc une vision transverse qui lui permettra de participer pleinement aux prises de décision de la Direction Générale, à leur application, et à leur suivi.