+33 1 75 44 68 90 contact@spinpart.fr

L’association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (@dfcgasso) a récemment publié un cahier technique intitulé « IA, Big Data, robotisation : quels impacts pour la direction financière ? » sur ces trois thèmes en passe de transformer en profondeur leur métier. Les conclusions d’un semestre de travail d’analyse et de réflexion mettent en lumière les principaux axes de la transformation des départements Finance et Gestion ; elles répondent de manière concrète aux problématiques de productivité et compétitivité mais aussi à celles de l’exploitation de la masse de données disponible pour la traduire en avantages business.

Voici les principaux points à retenir de cette étude publiée par la DFCG

1. Les opportunités du BigData et de l’IA pour les fonctions Finance & Gestion :

–      Vers une amélioration de la productivité et de la performance

Historiquement pierre angulaire des moyens d’analyse et de décision avec la BI, la Direction Financière voit sa tâche se complexifier avec la surabondance de données, structurées ou non, générées par l’ère digitale. Le renforcement de la règlementation sur la sécurité des données vient ajouter une couche de complexité.
Les sociétés capables de transformer les données en avantages business et créer de la valeur ont un avantage concurrentiel indéniable. Les acteurs Finance & Gestion doivent se saisir du sujet rapidement pour contribuer au succès de l’entreprise.

2. L’amélioration de la productivité des équipes Finance & Gestion

–       La robotisation des processus

La robotisation des processus transactionnels à faible valeur ajoutée a déjà commencé dans nombre d’organisations, notamment via les centres de services partagés, bien que l’on note des niveaux de maturité très différents. En complément, le Big Data impose d’abandonner les méthodes de traitement traditionnelles au profit de nouvelles approches permettant le traitement rapide voire en temps réel de ces données.
L’intelligence artificielle, notamment grâce au Machine Learning, va permettre quant à elle d’étendre cette robotisation à des routines plus complexes nécessitant notamment le traitement de données non structurées ou exigeant des mécanismes combinant compétences et interprétation.

3. L’amélioration de la performance des entreprises

–       L’aide au pilotage et à la décision

Le Big Data et l’IA permettent d’affiner les prévisions et analyses financières, offrant des capacités prédictives beaucoup plus fines et temps en réel. Anticiper les tendances, les besoins, les risques va ainsi permettre aux entreprises de gagner en efficacité et en rentabilité. Le rôle des directions Finance & Gestion évoluera naturellement vers plus d’analyse pure des indicateurs suivis.

4. Les challenges à adresser pour assurer la réussite

–       La sécurisation des données

Outre l’importance de protéger son capital Clients, l’entreprise doit respecter les règlementations toujours plus strictes relatives à la sécurité des données. Le RGPD vient renforcer les obligations des organisations. L’impact financier du non-respect de ces règlementations octroie naturellement un rôle clé et un droit de regard à la direction financière dans le traitement des données détenues par l’entreprise.

–       Le travail collaboratif

La transformation du périmètre d’intervention des directions Finance & Gestion impose des interactions avec les autres métiers impliqués dans la collecte, le traitement ou l’exploitation des données. Les organisations se trouvent dans l’obligation de revoir leur mode de fonctionnement, d’adapter leurs processus « de bout en bout ». Ces changements radicaux passent par l’acculturation des équipes au travail collaboratif et par un accompagnement indispensable.

–       L’évolution des profils

Avec l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée, les équipes sont amenées à évoluer vers des rôles de soutien à la décision et à la stratégie. Les nouveaux besoins créés par la robotisation des tâches et l’utilisation de l’IA mettront l’accent sur 3 compétences clés :

  1. les « soft skills » pour interagir avec toute l’entreprise,
  2. les capacités d’analyses prospectives et interprétatives
  3. la connaissance du métier de l’entreprise

En conclusion :

L’impact du Big Data, de l’IA et de la robotisation sur les métiers de la Finance & Gestion en est à ses prémices. Les directions doivent s’approprier le sujet au plus tôt pour ne pas risquer d’accumuler un retard préjudiciable pour leur entreprise.

Il est primordial de penser la refonte des services dans leur globalité en fonction des objectifs spécifiques de chaque organisation :

–       quels processus automatiser pour quels gains ?
–       quelle organisation pour une meilleure efficacité ?
–       quand et comment implémenter les changements ?
–       quel accompagnement pour garantir le succès de la transformation ?

Une tâche considérable par son ampleur et sa complexité qui devra intégrer l’impact humain à l’échelle de l’entreprise.